Quelle garantie pour loyer impayé ?

garantie pour loyer impayé

Vous disposez d’une maison ou d’un appartement et vous souhaitez le mettre en location ? Certes, une telle idée vous permet d’optimiser vos revenus et de réaliser des épargnes. Cependant, en devenant bailleur, vous pouvez vous retrouver avec un logement dégradé et/ou des loyers non perçus. Heureusement, pour faire face à cela, il existe la garantie loyers impayés. Cette assurance offre une protection aux propriétaires et évite les litiges entre les deux parties liées au contrat de bail.

Zoom sur la GLI

La garantie loyer impayé (GLI) constitue une solution idéale pour le propriétaire d’un bien dont le locataire n’est pas en mesure de s’acquitter de ses loyers. Elle concerne notamment l’assurance privée en cas de détériorations immobilières. Pour en savoir davantage, vous pouvez vous rendre sur www.maif.fr. La souscription à cette couverture optionnelle permet aussi la prise en charge d’un éventuel recours à la justice ou encore de la réparation des préjudices causées. Autrement dit, elle vise à renforcer la sécurité du loueur et de son bien.

Dans la pratique, l’assurance loyer impayé se voit parfois confondue avec d’autres garanties. S’adressant au propriétaire, elle se différencie de l’assurance PNO qui consiste à protéger le bailleur en cas de sinistre ou encore de la Garantie Universelle des Loyers lors de l’application de la loi Duflot-Alur. Par ailleurs, cette garantie revêt une importance capitale notamment pour le remboursement des loyers. Elle fait profiter au propriétaire souscrit le paiement des frais de procédure et des conseils juridiques en cas de contentieux.

Comment souscrire à une assurance loyers impayés ?

L’assurance loyers impayés se matérialise par un contrat écrit entre le propriétaire et son assureur privé. Pour profiter de divers avantages qu’offre la GLI, quelques conditions sont à revoir. En premier lieu, il faut que l’immeuble en location soit à usage d’habitation. Il peut s’agir d’une maison, d’un garage ou d’un appartement. Ensuite, il s’avère judicieux de prêter attention au statut du locataire et du bailleur.

Afin de souscrire à une GLI, vous devez vérifier que vos locataires perçoivent des revenus précaires. Ils peuvent être des salariés en CDI, des intérimaires, des commerçants ou des retraités. Aussi, il incombe au bailleur de prouver la solvabilité de ses locataires. Si nécessaire, vous pouvez leur demander des pièces justificatives, comme une attestation d’emploi octroyée par l’employeur. À noter que ces critères ne s’appliquent pas pour les locataires déjà installés avant la souscription.

La GLI reste accessible à tout type de bailleurs. Les personnes physiques et les personnes morales peuvent y souscrire. Néanmoins, il est requis que la propriété louée devienne la résidence principale de votre locataire. Cette couverture ne concernera donc pas les locations saisonnières, les logements de fonction ou les résidences secondaires.

Le coût de l’assurance des loyers impayés varie selon l’offre proposée par l’assureur. En moyenne, les compagnies proposent entre 2 à 4,5 % du montant annuel des charges et des loyers. Bon à savoir, si la souscription à l’assurance est effectuée par un expert immobilier, le propriétaire profite d’un taux réduit. Le prix à payer dépend également du niveau de la garantie. Cette dernière ne comporte pas les mêmes propositions. Elle peut se focaliser sur le recouvrement des loyers dus, l’indemnisation des procédures judiciaires ou le remboursement des frais de réparation en cas de dégradation.

Quelles sont les diverses garanties comprises dans la GLI ?

Comme mentionné plus haut, la GLI comprend plusieurs garanties. Ce mode de protection donnée aux bailleurs intervient en cas de défaillance financière ou d’une présence de dégât. Ainsi, ce type d’assurance constitue une couverture de base. Les recouvrements d’honoraires d’avocats ou d’huissiers en cas de litige demeurent optionnelle. Face à des dommages matériels causés par le locataire, il y a la garantie de dégradation. Son application se limite d’ailleurs à des listes établies dans le contrat de bail. Enfin, les garanties vacances locatives sont souvent réservées dans des contrats plus modernes. Facultatives, elles portent sur les pertes de loyers pendant un certain temps d’inoccupation de la résidence.


Que couvre l’assurance responsabilité civile ?
Comment faire baisser le prix de mon contrat d’assurance voiture?